mercredi 15 novembre 2017

La Gazette Availlaise Numéro 6 - Avril 1947. Première partie.


Toujours aux bons soins de Mado, la Gazette d'avril 1947, bonne lecture ! 
Attention, l'heure est grave ! 
-----
GAZETTE AVAILLAISE
Numéro 6 Avril 1947
Bulletin périodique de l’Association : Les Amis Républicains d’Availles siège social : salle Hilleret Availles.
L’HEURE EST GRAVE
Que signifient  en effet ces découvertes de dépôts d’armes clandestins que relatent les journaux depuis quelques semaines ? Que signifient ces reconstitutions de ligues prohibées et dissoutes ? Que signifient enfin certaines attaques non déguisées contre la constitution, sans compter d’autres tentatives moins avouées de sabotage ? La  IVème République est à peine installée et déjà certains agités la remettent en question. Le suffrage universel s’est pourtant librement et clairement exprimé à son sujet. Raisonnablement, il faudrait au moins laisser quelques temps d’accalmie à la nouvelle constitution pour lui permettre de faire ses preuves. C’est le bon sens enfin. Et puis, il y a des questions plus importantes à régler dans le moment présent. Les traités de paix, l’organisation de notre Empire, l’assainissement de nos finances, notre politique étrangère, notre système de sécurité sociale, et enfin notre ravitaillement actuel et celui I.948, ont été en effet, pour les citoyens les moins prévenus un caractère d’urgence autrement plus frappant. Mais nos trublions ne se soucient fort peu de ces angoissantes affaires. Rien au contraire, ils songent à profiter des malheurs publiques et des difficultés occasionnées par une occupation ennemie de cinq années, pour exploiter les mécomptes et les mécontentements qui en résultent, déconcerter les esprits, créer des troubles à la faveur desquels on essaierait de faire sauter le régime. Soyons vigilants. Dénoncer ces machinations c’est le devoir des vrais républicains. C’est pourquoi la gazette availlaise sans rien dramatisé, et tout en faisant confiance automatiquement, croit devoir stigmatiser toute entreprise anticonstitutionnelle  et dire à ses amis et sympathisants, paraphrasant ainsi un chant qui eut son heure de célébrité :
Veillons au salut de la …..REPUBLIQUE .    LE CARTESIEN
ECHOS
L’U.F.F. d’Availles a reçu dimanche 23 mars la visite confraternelle de l’U.F.F. de Châtellerault qui lui apportait et ses encouragements et l’appui de la parole enflammée de sa Présidente. Pendant plus d’une heure en effet, Mme Appercé  tint son auditoire sous le charme et l’intérêt de ses informations parfaitement documentées. Elle démontra par des faits nombreux l’efficacité de l’action humanitaire menée par l’U.F.F de Châtellerault, et cela avec des moyens financiers très réduits et sans qu’il soit fait état des idées politiques et religieuses des solliciteuses. Nous avons gouté tout particulièrement l’exposé concernant une pauvre femme âgée qui n’était ni divorcée ni séparée officiellement, mais abandonnée depuis longtemps par son mari qui touchait la pension des vieillards majorée du fait de sa femme alors que cette dernière se voyait refuser la part qui lui revenait. Devant cette monstruosité l’administration s’était montrée coupablement indifférence et surtout impuissante. L’U.F.F. de Châtellerault s’intéressa alors à la question et fut assez heureuse de faire allouer à cette vieille femme la pension de droit. Bravo voilà une initiative à la fois intelligente et sage. Voilà qui nous change de la routine coutumière. Voilà qui condamne la conception de moindre effort pratiquée par certaines administrations. Nous nous en voudrions d’ajouter tout autre commentaire à cette simple histoire si ce n’est toutefois nos remerciements à l’aimable conférencière que nous espérons bien revoir et réentendre.
C.G.A

A 15 heures, le jeudi 27 mars, la grande salle de la « Rosée du Matin » à Châtellerault était littéralement envahie par les agriculteurs de l’arrondissement, notamment par les Availlais. Mr ROBIN, propagandiste réputé de la C.G.A. faisait une conférence sur la situation de l’agriculture en France. Cette conférence a été des plus intéressantes. Disons tout de suite que le conférencier a démontré de main de maître qu’il connaissait parfaitement son sujet. Pourtant, la science agricole est étendue et compliquée ; elle touche à presque toutes les branches de l’activité nationale. Pour en parler convenablement il faut être un spécialiste très averti, Mr ROBIN a été ce spécialiste. Sa parole est enthousiaste et sa conviction communicative ont provoqué à plusieurs reprises les applaudissements de toute la salle. Nous avons retenu….

A suivre...

dimanche 12 novembre 2017

1895 - Les demoiselles d'Availles ?


Cette photo date de 1895. Nous n'avons pas la certitude qu'elle ait été prise à Availles, le lieu est difficilement identifiable. Mais nous savons qu'au rang du haut, en partant de la gauche, se trouve Zénaïde LANTZ, la cinquième de ces demoiselles.
Zénaïde , fille de Florent LANTZ et de Marie Louise DUFRESNE est née à Châtellerault le 2 septembre 1879. Sur ce document, elle est  âgée de 15 ans, un peu trop grande pour le certificat d'études. Les jeunes filles qui l'accompagnent semblent à peu près du même âge.
 Zénaïde vit chez ses parents aux Bouzereaux, elle est mentionnée sur le recensement de 1891 et 1896. Elle se mariera à l'âge de 17 ans avec MARTIN Emilien. Elle partira alors vivre au Perron (ancienne métairie de Descartes). Nous reviendrons sur la saga des LANTZ.
Qui sont ces jeunes filles ? Sont-elles Availlaises ? S'agit-il d'une fin de scolarité (certificat d'études) ou d'un groupe d'apprenties couturières ? Zénaïde est-elle partie s'instruire au collège de Châtellerault ?
Avez-vous un indice, une idée, pour cette image ?
Un air de famille, une identification ?
Aidez-moi à identifier d'autres frimousses.
N'hésitez pas à laisser un commentaire.

vendredi 10 novembre 2017

A l'occasion de l'expo "Naître, grandir, vivre à Availles", le patrimoine s'enrichit !


Une photo de classe est venue s'ajouter à la collection ! 
Il s'agit de la classe de Monsieur BERTHON, dont les plus anciens gardent le souvenir. 
L'année n'est pas précisée, 1924 ou 1925 ? 
Il est possible de reconnaître :
Rang 1 (Rang du haut) : Camille TESSON (1), Jean ANTIGNY (2), Monsieur BERTHON (10)
Rang 2 Pierre THIOLLET (2), Jean SENECHAULT (10)
Rang 3 : Camille BIET (décalé en arrière et debout)

Peut-être reconnaîtrez-vous d'autres petits élèves ? 

L'expo rencontre un grand succès. Certains viennent et reviennent avec de nouveaux trésors que je photographie sur place, afin d'éviter de les emprunter. 


Nous examinons ensemble les identifications disponibles. Vous pouvez les consulter sur ordinateur mais également sur le classeur papier. Certains noms sont corrigés, d'autres ajoutés. 
L'exposition est encore visible mardi après-midi à partir de 16h00, mercredi toute la journée, et samedi matin 18 novembre jusqu'à 12h30. 
Ne tardez pas ! 


vendredi 20 octobre 2017

Ce WE à Availles, Culture pour tous !


Nous vous attendons nombreux demain et n'hésitez pas à aller d'une expo à l'autre ! 
Photos anciennes, le samedi matin.
Philatélie tout le WE ! 

mardi 17 octobre 2017

Naître, grandir, vivre à Availles, à la médiathèque du 17 octobre au 18 novembre.


A partir de la "Collecte de la mémoire des Availlais" entreprise depuis un an, promenez vous au village autourd'une centaine de photos illustrant la vie au village (enfances, école, mariage, sport, vie municipale...). Vous pourrez également vous installer confortablement devant un diaporama comportant plus de 250 images ou participez à la datation et l'identification des images.
Venez nombreux !

samedi 14 octobre 2017

Exposition philatélique régionale - Salle Descartes les 21 et 22 octobre #Availles86


Organisé par l'Amicale Philatélique Chatelleraudaise (APC), le Congrès annuel du Groupement Philatélique du Centre-Ouest (GPCO) aura lieu à Availles-en-Châtellerault, salle Descartes les 21 et 22 octobre 2017. 
Au programme :
  • Assemblée générale
  • Réunion des présidents de clubs
  • Exposition philatélique régionale 
  • 47 collections en compétition notées par des jurés agréés et quelques autres hors compétition (Jeunes et adultes). 
    • Selon les notes obtenues ces collections pourront ensuit concourir en nationale. 
    • Les thèmes sont variés, passant de certains aspects de l'histoire postale à des collections thématiques. 
A l'occasion de cet évènement, l'APC


  •  émet un timbre (Timbreamoi) avec le portrait de Jeanne d'Albert. 
  • crée un timbre à date (TAD ) illustré avec Jeanne d'Albret. Tout premier cachet illustré temporaire événementiel de l'histoire postale d'Availles-en-Châtellerault, il vient enrichir le patrimoine de notre commune. Il sera possible d'expédier son courrier tout au long du week-end de l'exposition. A cette occasion, le bureau de poste sera situé à l'espace Descartes, sur les lieux de l'animation. 
  • Vend différents souvenirs. 



  • Petits carnets de timbres à 1ct et 5 cts avec le TAD et une partie des illustrations des souvenirs. Carte postale ou enveloppe illustrée avec timbre (oblitérée et affranchie) : 3€ ; timbre de Jeanne d'Albret : 1,50€ l'unité ; prix des petits carnets: 1.20 pièce ou 2€ les deux ;  frais de port : 1 à 2 souvenirs : 1€ ; 3 à 6 souvenirs : 2 €. 
  • Il sera possible d'acheter ces souvenirs par correspondance en contactant l'Amicale (86philchatel@gmail.com).
A titre personnel, Christine Chaumont, notre philatéliste locale et organisatrice de l’événement, présentera hors compétition et en lien avec l'exposition-photo présentée à la Médiathèque, une mini-exposition de cartes postales d'Availles. Un autre collectionneur de l'APC présentera également quelques produits philatéliques des communes environnantes.
Venez nombreux ! 





jeudi 5 octobre 2017

Les 6 Availlais du #challengeAZ 2018 - Mise à Jour d'Octobre


Le Bistrot Patrimoine d'Octobre voit l'inscription de deux nouveaux sujets pour le #ChallengeAZ 2018. Le  V est visé par Jacques Durand qui nous parlera des Vignerons des Nauds. Quant au Y c'est Yvette qui s'en charge et nous racontera l'histoire de sa maison.
  • A comme 
  • B comme BEAUDEAU Augustin par Mado Savary
  • C comme
  • D comme 
  • E comme
  • F comme
  • G comme
  • H comme
  • I comme
  • J comme
  • K comme
  • L comme
  • M comme Rue du Marchais par Marie-Noëlle Jahan
  • N comme 
  • O comme Onze Place Descartes par Thérèse Guilloteau
  • P comme
  • Q comme
  • R comme
  • S comme STO par Marie-France Rothé
  • T comme
  • U comme
  • V comme les Vignerons des Nauds par Jacques Durand
  • W comme
  • X comme
  • Y comme La maison d'Yvette par Yvette Tranchant. 
  • Z comme
Premières inscriptions !!! Pour l'année 2018, je vous propose une participation collective au #ChallengeAZ des généalogistes organisé par Sophie Boudarel. Il s'agira de poster sur ce blog, chaque jour du mois de juin*, un article en lien avec le patrimoine d'Availles, et en écho à une lettre de l'alphabet. Il nous faut au moins 26 Availlais (mais vous pouvez être plus nombreux et travailler en équipe) et 26 sujets.
Les volontaires commencent à se manifester. J'ajouterai leurs noms au fur et à mesure sur cet article. A chaque nouveauté, le message fera la une. Nous avons déjà 4 lettres retenues.
Pour en savoir plus sur ce jeu d'écriture, jetez un oeil sur le défi 2017. Vous verrez que l'éventail des sujets est large, la manière de les traiter très libre. Il est possible de faire court, simple mais vous pouvez aussi développer votre sujet en longueur et en illustrations. Ce jeu nous permettra également d'organiser des sorties recherches aux archives départementales ou plus loin si nécessaire (Archives nationales, Service historique de la défense).
N'hésitez pas à participer, même à distance.  Car si nous organisons des ateliers de travail à la médiathèque le mercredi après-midi, il sera possible de travailler ensemble en communiquant par mail ou groupe facebook.
Vous pouvez me contacter par mail, par téléphone, vous inscrire au bistrot ou à la bibliothèque.
Merci à tous !
Quelques idées pour ce challenge : une biographie ( un membre de votre famille, un maire, un conseiller municipal, un commerçant, un instituteur, un seigneur, un petit criminel), l'histoire d'une maison, d'un lieu-dit, d'une église d'un château, un document à commenter, l'action sociale à travers le temps, les grandes réalisations du village etc, etc...

* juin ou un peu plus tard. La date sera précisée bientôt et il est encore temps de participer à cette décision. Sondage date du Challenge

mercredi 4 octobre 2017

La Gazette Availlaise - Mars 1947 - Numéro 5



Le numéro 4 est manquant. Voici le numéro 5 suivant et la transcription toujours aux bons soins de Mado Savary, que je remercie chaleureusement ! 
-----------------
GAZETTE AVAILLAISE
Mars 1947 Numéro 5
Bulletin périodique de l’association : Les Amis Républicains d’Availles.
Siège Social : salle Hilleret à Availles
LA NOUVELLE BAISSE DES PRIX
Une nouvelle baisse des prix est entrée en vigueur depuis le 1 mar. Cette baisse est accueillie favorablement par les consommateurs, mais elle provoque les récréminations de certains producteurs et commerçants. C’est qu’en effet, si elle est immédiatement avantageuse pour les premiers elle restreint, de façon apparente tout au moins, la marge bénéficiaire des seconds. Pourtant il est nécessaire qu’elle soit pratiquée intégralement par les uns et par les autres si l’on veut qu’elle sauve notre monnaie. C’est bien le cas de dite qu’il s’agit d’une œuvre de solidarité, car possédants et prolétaires y ont un intérêt concordant. Mais dans la circonstance, les producteurs ont figure de « sacrifiés ». Quelles raisons ont-ils de ne pas être récalcitrants ? C’est tout d’abords la perceptive de voir augmenter la puissance d’achat de notre monnaie et partant de voir augmenter l’importance de leurs ventes : augmentation de la quantité de leurs ventes devant compenser pour eux l’inconvénient de la baisse des prix. D’autre part, les commerçants ne sont pas que commerçants : ils sont des consommateurs et sous cet angle ils bénéficieront eux-aussi de la baisse des prix. Enfin, tous consommateurs et producteurs industriels et commerçants ont un intérêt primordial à voir se réalisés l’assainissement de notre monnaie puisque, en fin de compte sans cela, nous irions à la catastrophe à la ruine. Notre intérêt bien compris exige donc que nous soyons « BAISSIERS ». Puisqu’il en est ainsi, créons donc le climat nécessaire à la réussite de la nouvelle baisse. Consommateurs profitons-en pour augmenter notre standard de vie, et pour diminuer les restrictions dont nous souffrons depuis six ans. Producteurs et commerçants acceptons-la avec le sourire de l’optimisme, puisqu’elle assainira le marché et la monnaie, et qu’ainsi elle entrainera la renaissance d’une ère de saine prospérité. Notre président du conseil nous dit que la baisse qu’il a organisé ainsi qu’une production accrue, peuvent seuls nous sauver de la ruine. Il est seul en possession des éléments qui permettent de porter un tel jugement. Nous devons l’en croire sur parole et faire ce qu’il nous conseille et nous ordonne. Par notre comportement, créons donc le « climat » nécessaire à la réussite de son entreprise évitons-lui pour le moment tout au moins, les difficultés qui seraient susceptibles d’entraver son succès. Nous devons l’encourager dans son action. En résumé, profitons avec bonne humeur de la baisse, pratiquons-la pour l’avantage de tous dans un avenir prochain. Soyons optimistes envers et contre tout. C’est la condition de notre salut. C’est le moyen d’être de bon Français. Enfin c’est le BON SENS.  
LE CARTESIEN
PLAN DE SECURITE
Le titre ci-dessus est emprunté à un entrefilet paru dans le journal « LA VIENNE AGRICOLE » du 15 février dernier. Dans cet entrefilet il est dit que l’application du plan de sécurité sociale « tel qu’il est conçu » entraînerait le versement par chaque exploitant d’une cotisation de 4000 frs à l’hectare. On ne spécifie pas s’il s’agit d’une cotisation annuelle ou d’un premier versement, les autres devant être moindres. Cette imprécision mène dénote que la question est restée loué dans l’esprit du rédacteur. Quoiqu’il en soit cette nouvelle répandue au été marché de châtellerault du jeudi 20 février a jeté le désarroi dans l’esprit des braves cultivateurs qui pour protester contre semblable prétention envisageaient la vente immédiate de leur cheptel et la cessation de leurs cultures. C’était une réaction exagérée mais nous comprenons leur émotion. 4000 frs leur enlèveraient leur bénéfice annuel. Or, rien n’est encore fixé à ce sujet. C’est donc sans raison plausible qu’on a inquiété l’opinion publique agricole. Pourquoi ?...Manoeuvre politique ?...S’il en est ainsi nous ne saurions protester trop énergiquement. Notre pays na pourtant pas besoin d’être troublé. Il faut de la tranquillité et de la sécurité pour pouvoir travailler sans arrière pensée à la réparation de nos ruines et à l’augmentation de la production. Nous le répétons et ne cesserons de le répéter : ne créons aucun embarras supplémentaire à notre gouvernement qui a courageusement entre bien d’une contribution à ce plan et non d’un impôt nouveau comme le bruit en a courru. D’après les renseignements que nous avons pu recueillir son application à l’agriculture fera l’objet d’un projet de loi à soumettre au parlement. Une discussion utile pourra s’engager devant l’Assemblée Nationnale et au Conseil de la République. C’est à cette discusion que la C.G.A se doit de se préparer, afin de pouvoir éclairer utilement nos parlementaires des deux chambres. En attendant il est prématuré de s’agiter. Nous croyons savoir que le chiffre de 4000 frs a été calculé par un esprit curieux qui toutefois ne possède pas tous les éléments de la question. Son approximation n’a rien d’officiel, elle lui est toute personnelle. Quant à nous nous approuvons pleinement le principe de la sécurité sociale appliqué à l’agriculture. Mais nous demandons que le projet soit parfaitement et complètement étudié de façon à le résoudre dans l’intérêt général c'est-à-dire à créer une situation raisonnablement suffisante pour les assurés sociaux, et à fixer strictement compte tenu de leurs possibilités les prestations à payer par les cultivateurs. En tout état de cause nous allons suivre la question de près pour en entretenir nos lecteurs en temps et lieu.
ON DIT QUE….
….au sujet de la pompe municipale, après longue discussion le tuyau n’ayant pas voulu descendre jusqu’à l’eau, c’est l’eau qui est montée jusqu’au tuyau, et qu’en fin de compte les usagers sont satisfaits….quelque part à Availles  le blé de printemps a subitement doublé de valeur  à la suite du gel qui l’a fait rechercher comme blé de semence. Est-ce là ce qu’on appelle l’esprit de solidarité….
CHRONIQUE DES FETES.
Le dimanche 2 mars comme nous l’annoncions la J.A.A. avait organisé dans notre commune une soirée dansante en l’honneur du carnaval. Le succès que remporta cette fête suffit amplement à en montrer la réussite. Félicitations ce groupe actif qui tout en poursuivant son œuvre entreprise en faveur de la jeunesse rurale, sait à l’occasion faire renaître de vieilles traditions populaires. Le carnaval est en effet une de ces réjouissances dont nous devons pour notre folklore regretter l’abandon. Pour le bien comprendre il n’est que se rappeler l’ambiance créée instantanément dans la salle Hilleret à l’arrivée du cortège de « sa majesté carnaval 1er d’Availles. L’enthousiasme gagna d’un coup tous les couples et ce fut aussitôt une folle gaité. La danse menée par un orchestre endiablé, ne fut qu’à peine interrompue par le tirage de la tombola pendant lequel, dans le silence anxieux des assistants le cri-cri crescendo des roues de la fortune accompagné par les roulements crescendo du jazz, scandait agréablement l’appel des numéros gagnants. Les superbes lots avaient été offerts par de généreux donateurs parmi les quels nous relevons les noms des excellentes maisons : Sutter, cycles, Bouyer, peinture et décorations Clause, Graineterie, Gourdonneau, Librairie, Le pet’it café, etc….de magnifiques prix également furent offerts aux ? qui  ont tant contribués par leur belle présentation à l’intérêt de la soirée. A minuit les clowns « Alex et Savata «  prétendus envoyés de Médrano venaient nous divertir dans un sketch fort applaudi. Enfin ce n’est qu’à regret que tous se quittèrent en faisant pour l’année prochaine des projets plus étendus, tandis que d’enragés fêtards allaient réveillonner chez l’un des leurs. Pour conclure nous adresserons à la J.A.A. nos vifs remerciements. Nous lui souhaiterons de persévérer dans cette ligne avec son entrain et son ardeur coutumiers, car de telles fêtes populaires, tout en ramenant dans notre commune des heures de joie servent bien plus l’esprit de concorde que de vaines paroles. Ce n’est pas en effet par des phrases que l’union tant demandée se réalisera.
Bravo la J.A.A. et courage votre effort a été couronné de succès.

La « Gazette » s’excuse du retard apporté à la parution du présent numéro, il est dû à la mise au point d’un nouveau procédé de tirage. Nous pensons ainsi votre être agréable en pouvant satisfaire un nombre  d’amis plus grand et surtout en rendant la lecture plus facile par une impression meilleure.

mercredi 27 septembre 2017

La Gazette Availlaise - Janvier 1947 - Numéro 3





Voilà le Canard du mercredi ! Grâce à Mado Savary qui en assure la transcription, retrouvez notre Gazette Availlaise ! 

GAZETTE AVAILLAISE
Janvier 1947 numéro 3
Bulletin périodique de l’Association : les Amis Républicains d’Availles
Siège social : salle Hilleret Availles.
L’année écoulée fut sur le plan politique fertile en évènements. Le pays a tout d’abord, par l’adoption d’une constitution, fixé ses institutions nouvelles. Une série d’élections lui a ensuite permis de nommer ses représentants à l’Assemblée Nationale et au Conseil de la République.
1946 fut l’année qui vit naître la IVème République. Tous nos amis formeront avec nous le vœu que 1947 soit celle qui verra son essort !
Dans quelques jours nos élus auront à en désigner le Président puis le gouvernement devra être réformé ou simplement reconduit. Il semble donc qu’une période délicate soit à franchir, car les forces égales, qui résultent du suffrage vont à nouveau s’affronter. Verrons-nous la même intransigeance qu’en décembre et une crise jeter à  nouveau le doute de l’opinion ; ou bien l’exemple courageux que vient de nous offrir le Président BLUM avec le parti socialiste S.F.I.O aura-t-il été compris ? Souhaitons que chacun ait médité sur cette action hardie, pour laquelle la masse du pays a déjà nettement montré son approbation et qu’aucune jalousie de partis ne vienne anéantir l’œuvre entreprise. Le « choc psychologique » est créé, mettons-le à profit. Que chacun comprenne enfin ses responsabilités, il y va du salut de la REPUBLIQUE et de la France !
INTERIM
Chronique locale
D’importants changements sont intervenus dans le corps des sapeurs pompiers d’Availles. Ce fut en quelque sorte la relève ! Que tous ceux qui partent et en particulier le dévoué Capitaine trouvent ici la marque de notre reconnaissance pour les services qu’ils ont rendus. Leurs mérite est grand nous avons déjà eu l’occasion d’en parler. Des jeunes sont venus les remplacer, nous sommes certains qu’ils sauront également faire preuve de dévouement et qu’ils apporteront à leurs aînés tout le concours que ceux-ci en attendant. Toutes nos félicitations également aux nouveaux promus et surtout au sympathique lieutenant, dont la popularité est grande dans la commune. Il est de nos amis et nous connaissons son attitude généreuse pour tout ce qui touche l’intérêt général. Souhaitons enfin que bientôt une situation financière assainie permette de doter ce corps de sapeurs d’un groupe moto pompe autorisé qui lui permette de montrer pleinement sa valeur. Le dimanche 5 janvier les membres de la section locale de l’U.F.F. avaient convié les enfants de la commune et leurs parents à une petite fête intime où l’on remarquait la présence de Monsieur le Maire.
Une séance de cinéma digne des grandes salles débuta agréablement cette matinée. Les organisatrices ont beaucoup regretté de ne pas avoir le film prévu pour les enfants, mais « PORT D’ATTACHE » intéresse beaucoup les grands en nous montrant un petit village rural sa vie….du roman mais des vérités. Ensuite le traditionnel arbre de Noël avec ses bougies clignotantes fit la joie de tous. Après la chanson enfantine, distribution des jouets, friandises et oranges. Tous appréciés tout l’effort fourni par la section de l’U.F.F, car celle-ci n’a d’autres ressources que la générosité de ses adhérentes de la commune. Nos félicitations donc à toutes et en particularité à la Présidente Mme PAIN.
Ce qu’est l’allocation de maternité
Elle a été instituée par la loi du 22 août 1946.
BENEFICIAIRES : Il est attribué une allocation  à la naissance survenue en France pour chaque enfant né viable, légitime ou reconnu.
CONDITION D’ATTRIBUTION : Deux cas sont à considérer : 1- Il s’agit d’une première naissance. Dans ce cas il faut que même n’ait pas dépassé 25 ans ou que la naissance survienne dans les 2 ans qui suivent le mariage. Il est à noter que si le premier enfant n’est pas né viable l’allocation est reportée sur le second enfant né viable, à la condition que cette seconde naissance ait lieu dans la 2ème année qui suivent la première. 2- Pour chaque naissance autre que la première il faut la naissance se produise dans les 3 ans qui suivent la première.
TAUX DE L’ALLOCATION : Pour la 1ère naissance le taux est fixé triple du salaire moyen mensuel de base le plus élevé dans le département de résidence. Pour les autres naissances il est fixé au double de ce même salaire mensuel.
PAIEMENT DE L’ALLOCATION : L’allocation est payée en deux fois égales : l’une lors de la naissance ou immédiatement après la deuxième. L’autre à l’expiration du sixième mois qui suit la naissance la condition que l’enfant soit encore vivant à cette date et à la charge de ses parents. L’allocation est en principe versée au père ou à la mère, au tuteur ou à la personne ayant la garde de l’enfant. Toutefois, dans le cas où ces personnes risqueraient de dépenser argent dans un but contraire à l’intérêt de l’enfant, elle pourra versée à une œuvre ou à une personne qualifiée qui devra affecter somme en question aux soins exclusifs de l’enfant.
Pour faire vos demandes ou pour obtenir de plus en plus de renseignements nous vous signalons qu’il existe une permanence à la Mairie de Châtellerault, salle de l’harmonie tous les jeudis.
Toutes nos félicitations à notre ami, Monsieur Emmanuel GIRARD pour la distinction qu’il a obtenu à la chorale de CHATELLERAULT.
Lu pour vous…… LA QUESTION DU SOUS-SOLAGE
Un labourage superficiel est-il suffisant ? On oublie trop souvent que les plantes comme la luzerne, le blé ont des racines qui atteint en profondeur 1m5O ; 2m00 et même plus. Il faut songer aussi que dans un sol labouré peu profondément l’eau emmagasine dans une couche peu épaisse et qu’ainsi les plantes souffrent d’un excès d’humidité à la saison des pluies et d’un excès de sécheresse en été. Voici d’ailleurs quelques chiffres strictement éloquents :
Avec des pommes de terre de diverses variétés en terrain bas et fertile :
Profondeur du labour                 rendement à l’ha       
10 cm                                              169
20 cm                                             249
30 cm                                            340
40cm                                             389
Avec des pommes de terre Richter impérator en sol siliceux :
10 cm        72 gx
20 cm       26 gx
45cm        104
Avec des betteraves :
Profondeurs des labours                          Poids moyen des racines                    Densité du jus sucré
20cm                                                                    1kg 100                                                   1 O50
50cm                                                                    1kg 400                                                   1 O61
Avec le blé :
Avec labour ordinaire  13,55 q à l’ha
Avec labour ordinaire et drainage 17,4O
Avec labour ordinaire et sous-solage en automne 21,97.
Le sous-solage a donc ou plus d’efficacité que le coûteux drainage. Ajoutons qu’un sol profond et sain, la rouille, laverge et l’échaudage sont toujours moins à craindre. Le sous-solage est la seule pratique qui convienne à une petite exploitation, qui ne dispose pas le moyen puissant. Cela permet en d’éviter un labour pas trop profond qui enfouit le sol fertile et à la surface un sol sans valeur.
Deux procédés possibles :
1/ Monter des griffes fouilleuses mobiles et réglables en profondeur à l’arrière du brabant.
2/ Remplacer les pièces travaillantes d’un côté du labour par des griffes fouilleuses. Ainsi laboure en allant et ou ? en revenant.
Cette seconde solution e n particulier permet de travailler le sous-sol avec un seul allé ? . Les modifications son simples et peuvent être fait par le maréchal-ferrant du village.
Le glaneur.
A la suite de quelques indiscrétions, on croit savoir que la J.A.A. prépare un programme sensationnel pour le printemps prochain…..et qu’elle va organiser un grand bal le…… mais chut !!!
Le Glaneur